Évolution des dépenses en éducation enseignement supérieur

Dépenses en éducation : un retard de 1,5 milliards de dollars à rattraper!

Selon le journal La Presse (lundi 27 mars), le gouvernement du Québec annoncera probablement un réinvestissement de 600 millions de dollars en éducation et en enseignement supérieur cette année lors du discours du budget demain mardi, et une augmentation substantielle de ces dépenses pour les deux années suivantes. C’est une excellente nouvelle pour le monde de l’éducation et pour le Québec!

Mais ne nous laissons pas aveugler par la valse des millions, il s’agit en fait d’un rattrapage pour combler le trou délibérément créé par l’austérité budgétaire des trois dernières années.

Si on exclut les années d’austérité, les dépenses en éducation/enseignement supérieur ont connu une croissance moyenne de 2,8%, tel que le montre le tableau 1. Heureusement, cette croissance a presque toujours été plus forte que l’inflation, ce qui est fondamental pour au moins couvrir l’augmentation des coûts d’opération du système (salaires, fournitures, etc.).

Croissance des dépenses en éducation enseignement supérieur

Mais, en 2014-2015, la croissance des dépenses en éducation/enseignement supérieur n’était que de 1,8%. Encore pire, ce poste budgétaire a connu un sérieux coup de hache de 0,14% en 2015-2016, soit 69 millions de dollars en moins.

Que serait-il passé sans cette austérité budgétaire? Prenons une hypothèse conservatrice d’un taux de croissance de 2,1% dépenses en éducation/enseignement supérieur, soit le taux le plus faible du tableau 1 hors période de compression. Dans le tableau 2 ci-dessous, la ligne rouge indique l’évolution estimée des dépenses d’éducation / enseignement supérieur en supposant ce rythme de 2,1% annuellement.

Évolution des dépenses en éducation enseignement supérieur

La ligne bleue montre l’évolution réelle, incluant le réinvestissement prévu dans le budget de demain, soit une augmentation substantielle cette année de 4%, puis une croissance de 3,5% pour les deux années suivantes.

On voit clairement les effets des compressions budgétaires entre 2014 et 2016. Une grande partie du réinvestissement servira donc essentiellement à combler les coupures passées.

Par contre, si le gouvernement maintient effectivement un rythme de croissance des dépenses en éducation/enseignement supérieur de 3,5% de 2018 à 2020, nous aurons alors un investissement net positif, c’est-à-dire du nouvel argent supplémentaire pour le système.

Si le gouvernement accorde autant d’importance à l’éducation, pourquoi toutes ces restrictions budgétaires de 2014 à 2016, si c’est pour finalement faire un rattrapage? N’aurait-il pas été mieux de maintenir un taux de croissance raisonnable des dépenses plutôt que d’affaiblir dangereusement notre système d’éducation et devoir réparer les pots cassés par la suite?

En fait, je soupçonne le gouvernement actuel de ne pas avoir priorisé l’éducation au départ de leur mandat. Les dépenses en éducation / enseignement supérieur se maintiennent année après année à 25% des dépenses de programmes du gouvernement, même pendant les années de restrictions budgétaires. Ce qui signifie qu’en 2015-2016, il y a eu des coupures nettes en éducation, mais aussi dans le budget total du gouvernement, si bien que le ratio est resté à 25%.

Par conséquent, si le gouvernement avait voulu démontrer son intérêt prioritaire pour l’éducation, il aurait fallu couper encore davantage dans d’autres postes budgétaires, dans un contexte de compressions budgétaires, afin de maintenir le niveau d’investissements dans le réseau.

Dans un monde globalisé et concurrentiel, le développement économique du Québec repose sur l’innovation, les compétences et la formation de la main-d’œuvre. C’est pourquoi l’éducation est une carte maitresse pour assurer la prospérité du Québec.

Et c’est d’autant plus vrai en ces temps de post-vérités trumpesques, car c’est toute notre démocratie qui dépend de la capacité de chaque individu de comprendre le monde qui l’entoure.

C’est pourquoi ce réinvestissement du gouvernement de Philippe Couillard en éducation, qui arrive peut-être tardivement, reste véritablement salutaire!

Analyse twitter du budget du Québec 2017

Rendez-vous mardi 28 mars dès 16h10 pour mon analyse twitter en direct du budget du Québec 2017.

Pour mettre la table, je vous invite à lire mon nouveau Blogue économique qui porte sur le réinvestissement prévu en éducation: « Dépenses en éducation : un retard de 1,5 milliards de dollar à rattraper! »

 

dominique-anglade-taillefer

La Mauricie + Rive Sud au cœur de la grappe transport électrique et intelligent

Source: http://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1023270/grappe-industrielle-vehicules-electriques-intelligents-dominique-anglade-alexandre-taillefer

Le gouvernement du Québec vient d’annoncer la mise sur pied d’une grappe industrielle pour le développement du transport électrique et intelligent. Un comité présidé par Alexandre Taillefer, président du conseil d’administration de Téo Taxi, présentera un plan d’affaires à cet effet.

Source: affaires.lapresse.ca/economie/transports/201703/20/01-5080418-quebec-creera-une-grappe-pour-le-transport-electrique.php?utm_categorieinterne=trafficdrivers

Il se trouve que la Mauricie + Rive Sud est au cœur de cette grappe, avec l’existence d’un créneau porteur en technologies vertes très dynamique, composé de:

♦ Deux producteurs de bornes pour véhicules électriques:
AddÉnergie
Elmec

♦ Des fabricants de véhicules intelligents:
Kongsberg Automotive
Movex

♦ Des centres de recherche liés à ce secteur:
– l’Institut de recherche sur l’hydrogène de l’UQTR
– la Chaire de Recherche du Canada sur les Sources d’Energie pour les Véhicules du Futur de l’UQTR
– l’Institut de recherche d’Hydro-Québec (IREQ) à Shawinigan
– le Centre National en électrochimie et en Technologies environnementales (CNETE)
– le Centre d’excellence en efficacité énergétique (C3E)
– la Chaire de recherche industrielle en bioéconomie et bioénergie régionale de l’UQTR
– le CCTT Innofibre (CÉGEP de Trois-Rivières) et son parc d’équipements pilotes pour la conversion thermique de la biomasse

♦ De nombreuses entreprises du secteur des bio-énergies, dont:
BioÉnergie La Tuque
BRQ Fibre et Broyure
Dyn Ergen Bio Diesel
Airex Énergie
Combustion Expert – systèmes de combustion à biomasse:

♦ Et plusieurs autres entreprises dans le domaine des technologies vertes.

Une table de concertation des entreprises en technologies/énergies vertes est déjà en action pour accélérer le développement du secteur, un projet de GROUPÉ – Le Partenariat économique Mauricie-Rive Sud, qui est un large regroupement d’entreprises de la région visant à stimuler son développement économique.

La Mauricie a toujours été historiquement une région liée à l’énergie, tel que le témoigne la Cité de l’énergie de Shawinigan. C’est d’ailleurs à Shawinigan qu’on a produit pour la première fois en Amérique du Nord de l’hydro-électricité.

La région est maintenant en processus de diversification industrielle, basé sur le développement de nouveaux secteurs porteurs et de l’entrepreneuriat. L’émergence d’un créneau en technologie verte dans la région puise ses racines dans son passé industriel.

Il ne serait donc pas déraisonnable d’imaginer la Mauricie comme choix de localisation du siège de l’organisme et/ou du centre de recherche administrant cette grappe.  Ceci permettrait de reconnaître les expertises de la région, dans le cadre d’un projet mobilisateur et important pour l’ensemble du Québec et pour le futur de la planète.

Analyse twitter du budget fédéral 2017

Solde budgétaire du Québec

Philippe Couillard n’a pas sauvé le Québec

Le Premier Ministre du Québec, Philippe Couillard, prétend qu’il a « littéralement sauvé le Québec », son gouvernement ayant éliminé le déficit budgétaire. Le PM a peut-être l’exploit héroïque un peu facile, car c’est là une version très romancée qui ne correspond pas tout à fait à la réalité.

Car avant même l’arrivée au pouvoir du gouvernement Couillard, le Québec était, de toute façon, en bonne voie d’atteindre le déficit zéro, grâce au travail méthodique des deux précédents ministres des Finances, MM. Raymond Bachand (libéral) et, dans une moindre mesure, Nicolas Marceau (PQ).

Pour comprendre, retournons aux années 2007-2009 : la plus grande crise économique depuis 1929 venait de frapper, après l’écroulement des prêts immobiliers « sub-prime », créant un profond désarroi économique partout dans le monde. Cette Grande Récession (Great recession, selon l’expression de l’économiste Paul Krugman)  a plongé le budget des gouvernements de tous les pays développés dans le rouge. On le voit très bien dans le graphique ci-dessous. Et c’est vrai même pour ceux qui avaient un surplus budgétaire au départ.

Le déficit budgétaire par pays

En effet, les récessions, c’est-à-dire que lorsque la richesse d’un pays (le PIB) recule pendant au moins deux trimestres, créent presque automatiquement des déficits budgétaires.

Pourquoi? C’est très simple.

1) Les revenus du gouvernement chutent automatiquement. Le profit des entreprises diminue et les gens ont moins de revenus. Pour le gouvernement, cela signifie moins de recettes de taxes (car on consomme moins) et d’impôts (car les entreprises et les contribuables gagnent moins d’argents).

2) Les dépenses du gouvernement augmentent. Les récessions créent du chômage et de la pauvreté. Par conséquent, le gouvernement voit ses dépenses de programmes venant en aide aux plus démunis (bien-être social par exemple) augmenter automatiquement.

Dans ces conditions, le déficit ne vient pas d’une mauvaise gestion du gouvernement, mais des conditions macroéconomiques internationales pour lesquelles il ne peut rien.

Après le choc de 2007-2009, les différents gouvernements québécois ont systématiquement présenté un plan crédible pour revenir graduellement au déficit zéro autour de 2015-2016.

Pourquoi aussi graduellement? Parce que si l’on coupe sauvagement dans les dépenses du gouvernement d’un coup, on risque d’empirer la crise économique. Ce qui est confirmé par le FMI et l’OCDE, que l’on ne peut soupçonner d’être particulièrement à gauche.

C’est ce qu’ont fait MM. Bachand et Marceau.  On le voit dans le graphique suivant : depuis 2009, le gouvernement réduit son déficit budgétaire graduellement. Les deux ministres des finances avaient déjà prévu un retour à l’équilibre budgétaire autour de 2015. Il y a eu un petit bond du déficit sous M. Marceau, mais son plan budgétaire annonçait tout-de-même un retour vers 2014-2015.

Solde budgétaire du Québec

M. Couillard intervient donc à la toute fin d’un objectif qui était déjà en voie de se réaliser.

En plus, le déficit budgétaire du Québec, quand on le calcule en proportion de notre richesse (PIB), est très faible en comparaison avec les autres pays développés et même l’Ontario ou le gouvernement fédéral (voir le tableau ci-dessous). Il est de moins de 1,5% du PIB au Québec alors qu’il monte à plus de 3-4% et plus dans d’autres juridictions. Donc, il n’y avait pas un péril extraordinairement grave.

Déficit budgétaire du gouvernement en proportion du PIB
  2009 2010 2011 2012
Québec -1,4 -1,4 -1 -0,4
Ontario -4,4 -2,7 -2,5 -2,3
Canada -4,9 -5,6 -4,5 -3,5
USA -11,6 -10,7 -9,7 -8,3
Royaume-Uni -11,0 -10,3 -8,4 -7,7
France -7,6 -7,1 -5,2 -4,5
Allemagne -3,2 -4,3 -1,0 -0,9
Japon -8,8 -8,4 -9,5 -9,9
Sources : OCDE et Ministère des finances du Québec

Et c’est d’autant plus facile pour le gouvernement libéral de M. Couillard que les perspectives économiques pour le Québec sont positives : retour de la croissance économique aux États-Unis, baisse du dollar canadien qui favorise les exportations, etc.

Autrement dit, le retour de la croissance économique rend encore plus facile la lutte contre le déficit. A l’inverse de la logique en temps de crise, la croissance économique augmente automatiquement les revenus du gouvernement, et réduit automatiquement ses dépenses.

Évidemment, il fallait garder les mains fermement sur le volant pour conserver la discipline budgétaire nécessaire. Car ce qui est grave au Québec, c’est le niveau de la dette publique qui est l’une des plus fortes dans le monde occidental en proportion du PIB.

Mais le train était presque déjà arrivé à destination lorsque que M. Couillard a pris le pouvoir, dans des conditions bien meilleures que les gouvernements précédents.

Et il l’a fait de la façon la plus risquée possible pour l’économie : en sortant massivement la hache budgétaire, au risque de tuer le retour de la croissance économique du Québec et d’affaiblir la capacité du gouvernement à répondre aux besoins de base des citoyens.

Conclusion : le gouvernement a tellement surjoué la lutte contre le déficit qu’il présente aujourd’hui un énorme surplus de 2 191 millions de dollars!

Bref, M. Couillard n’a pas « sauvé le Québec ».  Il a plutôt contribué plus modestement (et peut-être même dangereusement) au retour à l’équilibre budgétaire.

trump_clemson_low_res_14

TRUMP et l’économie: un pont vers le passé

TRUMP et l’économie: un pont vers le passé

Quelles conséquences pour l’économie américaine, québécoise et canadienne?

TrumpUn politique visionnaire est habituellement celui qui présente un projet proposant de propulser la société vers les réalités de demain, un pont vers le futur, dans un effort d’adapter le pays aux grands changements qui modèlent le monde moderne et d’offrir une vision optimiste de l’avenir.

Donald Trump – le nouveau Président-désigné des États-Unis – propose l’exact contraire. Son programme économique est un véritable pont vers le passé.

Les mots innovation et technologies n’apparaissent pratiquement pas dans sa plateforme économique; il propose un retour aux énergies polluantes, telles que le pétrole et le charbon; il cherche à créer des emplois par le protectionnisme, en isolant les États-Unis des marchés mondiaux, plutôt que travailler à renforcer la compétitivité des entreprises américaines, la productivité, la créativité, l’innovation, la R&D, l’entrepreneuriat, l’éducation et la formation de la main-d’œuvre (tous des thèmes encore une fois pratiquement absents de son programme).

Les innovations du futur demandent des investissements dès aujourd’hui. En investissant plutôt dans les technologies du passé, Trump risque de mettre en péril l’avance technologique  américaine dans les 10 prochaines années.

Et dans l’état, les politiques économiques qu’il défend risquent de mener à une catastrophe économique pour les États-Unis, le Québec, le Canada et à la planète entière.

Petit survol de la catastrophe attendue.

  1. Incertitudes, investissements et ralentissement économique

J’ai comparé la plateforme économique de Donald Trump (https://www.donaldjtrump.com/policies/economy) avec celle d’Hillary Clinton (https://www.hillaryclinton.com/issues/). Je résume les deux programmes dans la figure ci-dessous.

plateformes-economiques-elections-us-2016

« Le Donald » offre un programme minimaliste, avec quelques grandes propositions très générales, peu de détails et beaucoup de flou.

Pour tout dire, on a l’impression qu’il a été rédigé par un étudiant de CÉGEP à trois heures du matin pour un travail de session dans un cours d’économie!

Les milieux économiques redoutent avant tout l’inconnu et l’incertitude. Ils peuvent s’opposer à une politique particulière, mais si elle est annoncée bien à l’avance, les entreprises s’adapteront en conséquence.

Les entrepreneurs, lorsqu’ils veulent mettre en œuvre un projet d’investissement, font face à des risques et des incertitudes. Est-ce que la demande sera encore présente dans le futur? Les coûts de production augmenteront-ils? Et le pétrole? Et les taux d’intérêt? La réglementation va-t-elle changer? La croissance économique sera-t-elle au rendez-vous?

Avec Trump, il est non seulement difficile de comprendre son plan économique, mais en plus, on se perd en conjoncture à savoir s’il l’appliquera ou pas!

Devant cette incertitude, les entreprises risquent de décider de reporter leurs investissements. Tout investissement représente une dépense qui fait « rouler l’économie ». Si les entreprises reportent leurs investissements, cela peut donc avoir un effet négatif sur la croissance économique américaine et mondiale.

Un ralentissement économique américain risque de tuer le peu de reprise économique que nous avions notée aux États-Unis dans les derniers mois.

Et cela risque aussi d’affecter le Canada et le Québec, car si les entreprises américaines dépensent moins, il y a des exportateurs ici qui vont en pâtir…  Comme le dit l’adage, quand les États-Unis ont le rhume, le Canada éternue…

  1. Protectionnisme

La principale politique économique de Donald Trump, c’est le protectionnisme. Retrait (ou renégociation?) de l’ALÉNA (le traité de libre-échange entre le Canada, les États-Unis et le Mexique), impositions de tarifs douaniers de 35 à 45% sur les produits chinois et mexicains, refus du Partenariat transatlantique de commerce et d’investissement (TTIP), etc.

En fermant les frontières, Trump pense protéger les entreprises américaines, et donc les emplois. Mais rien n’est moins sûr.

Le commerce international, c’est comme un tango. Ça se danse à deux. Si les États-Unis imposent un tarif douanier de 45% sur les produits chinois, le gouvernement chinois fera de même avec les produits américains.

Pour les consommateurs américains, cela représente une hausse de prix de 45% sur tout ce qui provient de la Chine. Le magasin à 1$, qui vend essentiellement des bébelles fabriquées en Chine, va devenir un magasin à 1,45$! C’est une perte de pouvoir d’achat pour le consommateur.

Pour les entreprises américaines, la Chine est un marché de 1,8 milliards de personnes, avec une croissance économique de 7% annuellement. C’est une destination incontournable pour les entreprises américaines. Les représailles chinoises risquent d’affecter gravement toutes les entreprises américaines qui exportent dans ce pays, mettant en péril des milliers d’emplois.

Mais ce n’est pas tout! Les entreprises américaines importent de la Chine toutes sortes de composantes, de machineries spécialisées, de ressources et d’intrant. Mais avec une taxe de 45% sur les importations chinoises, cela signifie une hausse de coûts d’approvisionnement pour ces entreprises.  Elles deviendront alors moins compétitives, ce qui – ironiquement – risque de diminuer leur capacité à exporter.

Et qui paiera la note? Soit les consommateurs avec des hausses de prix, soit les emplois lorsque les entreprises voudront compenser la hausse de coûts en réduisant la masse salariale.

Et – deuxième ironie – qui sont les travailleurs américains risquant d’être le plus affectés? Les travailleurs ayant un faible niveau d’éducation, précisément ceux qui ont voté pour Trump!

Les États-Unis sont de loin le principal partenaire commercial du Canada. Près de 70% des exportations des entreprises québécoises se dirigent vers notre voisin du Sud. Ce protectionnisme Trumpesque et la remise en question du traité ALÉNA risquent de mettre en péril le marché de plusieurs milliers d’exportateurs québécois et canadiens.

  1. Baisse des impôts et dette publique

Autre grande mesure Trumpesque, une importante réduction d’impôts pour les particuliers et pour les entreprises. Trump pense qu’en dégageant plus d’argents pour les contribuables, cela va les inciter à consommer davantage, donc à relancer l’économie. Et en diminuant l’impôt des entreprises, cela contribuera à les inciter à rester aux États-Unis plutôt que de s’installer dans des pays à bas salaire.

Cette logique n’est pas entièrement fausse.

Mais l’ampleur de la réduction des impôts est telle par rapport à la faible efficacité de cette mesure qu’elle risque surtout de creuser le déficit budgétaire du gouvernement américain. En se privant de ces revenus, l’État va devoir emprunter encore plus sur les marchés financiers, avec en bout de ligne un endettement grandissant. Or, le gouvernement américain est déjà en déficit budgétaire depuis plusieurs années.

En réponse à cet accroissement de la dette publique, l’administration Trump se verra dans l’obligation de couper dans les dépenses. Et cette austérité budgétaire risque de frapper les plus faibles, et particulièrement les électeurs de Trump. Troisième ironie!

Surtout, l’austérité budgétaire risque d’affaiblir le peu de croissance économique aux États-Unis.

Il est maintenant démontré que les baisses d’impôts sont assez peu efficaces pour relancer une économie, d’autant plus que le plan Trump favorise disproportionnément les contribuables les plus riches. Les exemples des baisses d’impôts des riches sous le président Reagan et W. Bush nous l’ont clairement démontré.

  1. Immigration

Dans tous les pays occidentaux, la principale barrière au développement des entreprises, c’est la pénurie de main-d’œuvre. Au Québec, des milliers d’entreprises doivent refuser des contrats par manque de main-d’œuvre. Il en résulte moins de croissance économique.

La bataille de Donald Trump contre l’immigration risque de perturber significativement le marché de l’emploi aux États-Unis. Cette force de travail est essentielle. Sans elle, on met en péril le développement des entreprises. N’oublions pas que le taux de chômage est très faible aux États-Unis à 4,9%.

L’immigration est aussi un facteur important pour l’innovation. Les immigrants apportent avec eux de nouvelles idées, des savoir-faire, un réseau de contact à l’étranger, des perspectives inédites, etc. C’est une richesse collective immatérielle très importante pour un pays.

Par exemple, à l’Institut de recherche sur les PME, nous avons démontré dans une étude que l’entrepreneuriat était plus fort dans les régions où il y a plus d’immigrants.

Enfin, l’immigration génère un effet macroéconomique bénéfique (voir illustration ci-dessous). Les immigrants travaillent, ce qui leur rapporte un revenu. Ils se mettent donc à dépenser dans le pays, donc augmentation de la demande, les entreprises doivent répondre à cette demande, donc augmentation des ventes, augmentation des profits des entreprises, donc croissance économique.

immigrants-effet-macroeconomique

Il faut donc cesser de voir l’immigration comme un coût. C’est aussi un bénéfice et aussi une richesse.

Pour le Canada, le Québec et le monde: une catastrophe annoncée

Résumons les conséquences économiques négatives du plan Trump :

  1. Une grande partie de ces mesures risquent de ralentir significativement l’économie américaine, voire causer une récession. Un affaiblissement américain devrait, dans son sillage, entraîner l’économie mondiale à la baisse, elle qui est déjà fragile. Ceci est particulièrement vrai pour le Canada qui a des liens commerciaux importants avec les États-Unis
  1. Le protectionnisme commercial américain risque de fortement perturber l’économie du Canada, parce que les entreprises canadiennes auront un accès plus difficile au marché américain, son principal partenaire commercial.

Ouf!

Élections2015

Élections 2015: Comparaison des plateformes économiques

Élections fédérales 2015 : Mon évaluation des plateformes économiques

Frédéric Laurin, PhD en économie
Professeur en économie, Département des sciences de la gestion, Université du Québec à Trois-Rivières, Chercheur, Institut de recherche sur les PME (INRPME)

Voici une analyse des engagements électoraux en matière de développement économique des quatre grands partis politiques fédéraux se présentant aux élections du 19 octobre prochain.

Je donne une note sur 10 au programme de chaque parti selon la capacité de ses engagements électoraux à concrètement et efficacement améliorer la situation économique du Canada en matière de développement économique.

Pour certaines mesures, j’ajoute aussi un commentaire éditorial en caractère italique.

Évidemment, c’est comme un bulletin scolaire : pour justifier le vote d’un électeur, il ne faut pas seulement avoir une bonne note dans une matière (l’économie), mais dans l’ensemble des matières.

Mise en garde : il y a d’autres thèmes extrêmement importants dont on doit tenir compte pour faire un choix éclairé aux élections du 19 octobre (le Canada dans le monde, l’environnement, la démocratie, la lutte contre la pauvreté, etc.). On pourra dire que tous ces sujets affectent l’économie d’une façon ou d’une autre. Mais je me concentre uniquement sur les aspects de développement économique parce que 1) je n’ai pas les compétences pour procéder à l’analyse des autres sujets; je laisse à d’autres commentateurs le soin de le faire; 2) je n’ai pas le temps de décortiquer l’ensemble des plateformes électorales au-delà de l’aspect développement économique.

Mes commentaires et la note
Résumé des plateformes
Les plateformes par thèmes économiques

Mes commentaires et la note

Note sur 10 Commentaires
 PC  

6.8/10

Rien de bien nouveau ou d’original au PC : continuation de la politique économique menée depuis 10 ans.

Le plan est essentiellement basé sur des baisses et des crédits d’impôts.

Mais les entreprises du Canada bénéficient déjà de l’un des taux d’imposition les plus bas parmi les pays développés. Je ne vois pas comment une stratégie essentiellement basée sur des allégements fiscaux va contribuer à relancer l’économie canadienne et la projeter dans l’économie du savoir du 21ième siècle.

Depuis son arrivée au pouvoir, le PC n’a aucune réelle stratégie industrielle autre que les baisses d’impôts. Résultat : il suffit d’une baisse des prix du pétrole pour entraîner le Canada en récession.

Mes analyses Twitter des budgets du gouvernement Harper montre l’absence d’une stratégie économique globale, les budgets se résumant souvent à une longue série de petites mesures visant à favoriser des micro-clientèles ciblées.

Le PC est un parti de droite. On ne s’attend pas de lui une implication forte dans les marchés économiques. Mais, pour prendre une analogie de hockey, on ne lui demande pas de jouer sur la patinoire, mais simplement de tracer une stratégie générale pour l’équipe, pour que les joueurs puissent jouer avec cohérence.

Donc, une stratégie pour que le Canada devienne un leader de l’innovation et de la R&D, et non pas un pays juste bon à extraire des ressources naturelles.

Si vous êtes de droite politiquement ou économiquement, le programme du PC, très cohérent dans sa logique, n’est pas strictement mauvais. Mais dans l’absence d’une stratégie industrielle et d’innovation claire, je donne une note à peine au-dessus de la note de passage.

 PLC  

7.7/10

C’est assez audacieux de proposer un déficit budgétaire – même modeste – pendant les trois prochaines années, de façon à augmenter les investissements.

Le PLC serait-il en train de passer à la gauche du NPD? Augmentation des impôts des plus riches, pluie de nouvelles dépenses, déficits budgétaires, investissements massifs dans divers domaines, etc.!

Promettre et dépenser : le retour des vieillesses recettes, comme l’évoquait le journaliste de La Presse Yves Boisvert lors du débat des chefs à Radio-Canada? Peut-être.

Sauf que, dans les vieilles recettes, les gouvernements s’endettaient pour payer la « liste d’épicerie », c’est-à-dire les dépenses courantes.

Mais un investissement, ce n’est pas une dépense. Car il est certain que le gouvernement doit accélérer ses investissements dans le tissu économique du Canada, y compris dans le transport collectif, l’innovation et les infrastructures vertes. Le plan libéral répond à cette exigence.

Mais est-ce nécessaire d’être au prix d’un déficit budgétaire, alors que l’on vient à peine d’atteindre l’équilibre budgétaire après 8 ans d’endettement?

Tout dépend en fait de l’état de l’économie dans les prochains mois. Si la récession persiste, le gouvernement va se diriger vers un déficit budgétaire de toute façon, peu importe le parti et leurs promesses. Dans ce cas, les investissements massifs des Libéraux pourraient avoir un effet bénéfique en relançant l’économie pour éviter qu’elle ne s’enfonce davantage dans la récession.

Le PLC propose d’ailleurs une proposition intéressante et originale : créer une Banque de l’infrastructure du Canada, permettant aux municipalités canadiennes de bénéficier des faibles taux d’intérêt du gouvernement canadien.

Les plans des Libéraux et du NPD sont globalement très similaires. Mais je donne une note très légèrement supérieure aux PLC pour tenir compte de leur stratégie un peu plus audacieuse et originale (mais de très peu).

 NPD  

7.4/10

Le NPD propose un plan économique très cohérent et solide, mais assez modéré, ce qui place le parti résolument au centre-gauche sur l’échiquier politique. Le plan économique est à l’image d’un parti qui aspire au pouvoir. Absolument rien pour engendrer des catastrophes économiques, contrairement à ce que laisse entendre M. Harper.

Le plan inclut des mesures très classiques d’un parti de centre-gauche: investissements dans les infrastructures, le transport en commun, et plusieurs secteurs économiques (automobiles, aérospatial, bois, tourisme, etc.), salaire minimum fédéral, assurance médicaments universelle, programme national de garderies, augmentation des taxes sur les grandes sociétés, etc., le tout sans déficit budgétaire.Ceci dit, outre l’ampleur des investissements en infrastructure et le déficit public, le plan du NPD est très similaire à celui des Libéraux, d’où une note presque similaire, mais peut-être avec un petit peu moins d’audace ou d’originalité.

 BQ  

5/10

Le Bloc québécois n’a pas vocation à prendre le pouvoir. Il ne présente donc pas une stratégie économique complète et détaillée.

Plutôt, il évoque quelques mesures et revendications qui touchent le Québec et qui sont, pour la plupart, très pertinentes. Mais ce n’est pas suffisant pour former un plan économique cohérent.

De nombreuses propositions qui apparaissent aussi dans le programme d’autres partis de gauche (Libéraux, NPD, Verts).

 Parti vert  

6.5/10

Comme il fallait s’y attendre, le programme du PV s’articule surtout autour du concept de développement durable. Comme le montre les exemples de l’Allemagne, les pays scandinaves ou les États-Unis, le passage vers une économie durable crée des emplois et de la richesse. Le plan économique du PV repose sur ce principe.

Mais comme le Bloc québécois, le PV n’est pas un parti qui a vocation à prendre le pouvoir le 19 octobre prochain. Ainsi, la stratégie économique du PV, bien qu’intéressante, est beaucoup plus incomplète que les grands partis.

Il y a quelques éléments originaux, tels l’impôt négatif (recommandé par plusieurs économistes) et cette idée de « rente » sur le carbone qui est directement retournée aux contribuables.

Mais j’aurais préféré un système comme en Norvège où les taxes sur le carbone sont plutôt investies dans des projets de long terme, pour que les revenus provenant du pétrole puissent bénéficier à plusieurs générations.

Enfin, cela m’amuse de noter que le PV compte sur les « plombiers, les électriciens et les charpentiers » pour créer des emplois durables et dynamiser l’économie canadienne. Pourquoi ces métiers plus spécifiquement que d’autres?

Résumé des programmes

Note/10

7/10

7.6/10

7.4/10

5/10

6/10

  PC PLC NPD BQ Parti vert
Résumé Tout est basé sur trois éléments :

1. Baisse de la fiscalité

2. Maintien de l’équilibre budgétaire

3. Investissements ciblés

L’objectif du PC est de créer 1,3 millions d’emplois d’ici 2020.

Le « Plan » économique libéral vise essentiellement à augmenter les investissements dans les infrastructures :

· Transport collectifs
· Infrastructures vertes
· Infrastructures sociales

Près de 6 milliards de dollars supplémentaires au cours des quatre prochaines années, et 20 milliards sur 20 ans.

En contrepartie, le PLC prévoit un déficit de moins de 10 milliards de dollars au cours des deux prochains exercices financiers pour pouvoir financer cette augmentation des investissements en infrastructures.

La stratégie économique du NPD repose essentiellement sur des investissements en infrastructures et en transport en commun, financés notamment par une hausse des impôts sur les grandes sociétés. Donc, le NPD maintiendrait l’équilibre budgétaire. · Appuyer des secteurs économiques importants pour le Québec (industries forestière, bois, voitures électriques, etc.)

·  Plan d’investissement dans les infrastructures: 10 milliards par année

·  Augmentation du taux d’imposition des banques et des grandes sociétés.

 

·  Établir un Fonds canadien des générations durable.

· Instaurer un Revenu de subsistance garanti (RSG) pour lutter contre la pauvreté.

· Plan de rente et dividende du carbone. Il s’agit de fixer une sorte de « taxe » (que le PV appelle une « rente ») sur le carbone et ces revenus seront retournés directement dans les poches des Canadiens de plus de 18 ans.

 

Les plateformes par thèmes économique


Infrastructures
Équilibre budgétaire
Impôts et taxes
Innovation et formation
Emploi
PME
Économie et environnement
Stratégie manufacturière et autres secteurs

Thèmes
PC PLC NPD BQ Parti vert
Infrastructures Continuation des investissements prévus dans le programme d’infrastructure.

Le dernier budget conservateur avait déjà prévu des augmentations des investissements en infrastructures.

Infrastructures : Près de 6 milliards de dollars supplémentaires au cours des quatre prochaines années, et 20 milliards sur 20 ans :

·  Transport collectifs (quadrupler les investissements).

·  Infrastructures sociales (logements abordables, établissements pour personnes âgées, pour l’apprentissage préscolaire et la garde d’enfants, loisirs et culturelles).

·  Infrastructures vertes

Création d’une Banque de l’infrastructure du Canada (BIC). Vise à aider les municipalités à obtenir du financement aux mêmes taux d’intérêt très bas du gouvernement fédéral. La BIC émettra une obligation « verte » pour appuyer de petits et grands projets d’énergie renouvelable

Idée assez originale du PLC concernant la création d’une Banque de l’infrastructure du Canada. Permet aux municipalités de faire des emprunts pour investir dans les infrastructures aux mêmes taux d’intérêt très bas du gouvernement fédéral. Les taux d’intérêt n’ont jamais été aussi bas depuis de nombreuses décennies. M. Trudeau a raison de dire que c’est le meilleur temps pour investir, d’abord compte tenu de ces taux d’intérêt historiquement bas, deuxièmement parce que les infrastructures canadiennes vieillissent rapidement (exemple : Pont Champlain qui tombe!), et troisièmement parce qu’une récession pointe le bout du nez et qu’il serait alors raisonnable d’insuffler à l’économie canadienne un petit stimulant économique. Mais de là à créer un déficit budgétaire?

Infrastructures : 1,5 milliard par année pour les infrastructures sur 20 ans.

« Plan Mulcair » pour le transport en commun : 1,3 milliard par année pour le transport en commun sur 20 ans.

Verser une partie de la TPS aux municipalités pour les aider à investir dans les infrastructures.

 

 

Création de la Société de financement des infrastructures environnementales. Permet de financer les infrastructures sans augmenter le déficit direct du gouvernement, et d’éviter les interférences politiques et les négociations interminables.10 milliards $ par an.

 

 

Le Fonds canadien des générations durable (voir plus haut) va financer des investissements dans des infrastructures vertes et les infrastructures dans les villes. 6,4 milliards $ par an.

Transfert d’un point de pourcentage de la TPS aux municipalités pour financer leurs infrastructures.

Création d’une Banque canadienne pour les infrastructures.

Pont Champlain Pas de péage sur le nouveau Pont Champlain

Financement en partie d’un système léger sur rail sur le nouveau pont Champlain + navette rapide vers l’aéroport de Montréal.

S’oppose au péage sur le nouveau Pont Champlain. S’oppose au péage sur le nouveau Pont Champlain et exigera du fédéral qu’il verse au Québec les fonds nécessaires pour mettre en place un train léger électrique sur le pont.
Équilibre budgétaire Maintien de l’équilibre budgétaire qui a été atteint cette année. Modeste déficit à court terme de moins de 10 milliards de dollars au cours des deux prochains exercices financiers pour pouvoir financer l’augmentation des investissements en infrastructures. Maintien de l’équilibre budgétaire. Déficit en 2015-2016 et des surplus budgétaires les deux années suivantes. Surplus budgétaires.
Impôts sur les grandes entreprises Maintenir une taxation basse. Rien de prévu. Hausse du taux d’imposition des grandes entreprises de 15% à 17 %. Hausse du taux d’imposition des grandes entreprises de 15% à 16,5%. Hausse du taux d’imposition des grandes entreprises de 15% à 19% (niveau d’avant 2009).
CELI et fractionnement du revenu Maintien de l’augmentation de la limite du CELI. CELI : annulation de la hausse de la limite du CELI.

Annulation du fractionnement du revenu familial.

Le gouvernement Harper vient de hausser la limite d’un CELI à 10 000$.

 Pour le PLC, le NPD et le Bloc, la hausse de la limite du CELI et le fractionnement du revenu sont apparentés à des réductions d’impôts pour les plus riches. Ils souhaitent donc abolir ces mesures.

CELI : annulation de la hausse de la limite du CELI.

Annulation du fractionnement du revenu familial.

Le gouvernement Harper vient de hausser la limite d’un CELI à 10 000$.

 Pour le PLC, le NPD et le Bloc, la hausse de la limite du CELI et le fractionnement du revenu sont apparentés à des réductions d’impôts pour les plus riches. Ils souhaitent donc abolir ces mesures.

CELI : annulation de la hausse de la limite du CELI.

Annulation du fractionnement du revenu familial.

Le gouvernement Harper vient de hausser la limite d’un CELI à 10 000$.

 Pour le PLC, le NPD et le Bloc, la hausse de la limite du CELI et le fractionnement du revenu sont apparentés à des réductions d’impôts pour les plus riches. Ils souhaitent donc abolir ces mesures.

Élimination du fractionnement du revenu pour tous à l’exception des retraités.
Taxations et impôts Loi contre les hausses d’impôts et de taxes.

 Ça m’étonnerait que le PC tienne vraiment cette promesse. Le pouvoir de taxation est l’un des plus importants d’un gouvernement. Il serait étonnant qu’un gouvernement se départisse de la possibilité de pouvoir augmenter les taxes et les impôts lorsque les circonstances économiques l’exigent.
Classe moyenne : baisse du taux d’imposition de la classe moyenne. La tranche d’imposition passera de 22 % à 20,5 %).

Hauts revenus : introduire une nouvelle tranche d’imposition de 33 % pour les revenus de plus de 200 000 $ (les 1% les plus riches).

Bonifier le Supplément de revenu garanti.

Lutte contre les échappatoires fiscales.

Le PLC augmente l’impôt des plus riches (au-dessus de 200 000$) et baisse celui de la classe moyenne.

Pas de changement sur la fiscalité des individus.

Supprimer la déduction pour les options d’achat d’actions.

 

 

 

 

Lutte contre les échappatoires fiscales.

 

 

 

 

 

 

 

 

Lutte contre les échappatoires fiscales.

 

Bas revenus : élimination de l’impôt pour les particuliers dont le revenu est inférieur au seuil de faible revenu de 20 000 $.

Impôt sur les successions de 1 M$ ou plus.

 

 

Lutte contre les échappatoires fiscales.

Plan de rente et dividende du carbone. Il s’agit de fixer une sorte de « taxe » (que le PV appelle une « rente ») sur le carbone et ces revenus seront retournés directement dans les poches des Canadiens de plus de 18 ans.

Mais j’aurais préféré un système comme en Norvège où les taxes sur le carbone sont plutôt investis dans des projets de long terme, pour que les revenus provenant du pétrole puissent bénéficier à plusieurs générations.

 

Instaurer un Revenu de subsistance garanti (RSG) pour lutter contre la pauvreté. Le RSG remplacerait les transferts fédéraux pour l’aide sociale, le soutien aux personnes handicapées, la Sécurité de la vieillesse (SV), le Supplément de revenu garanti (SRG) pour les aînés, la Prestation fiscale canadienne pour enfants (PFCE), le Supplément de la prestation nationale pour enfants (SPNE) pour les parents avec enfants et la Prestation fiscale pour le revenu gagné pour les pauvres.

Il s’agit d’un impôt négatif. En haut d’un certain niveau de revenu, on paie de l’impôt, mais sous ce niveau, on reçoit un revenu garanti.

Innovation Voir stratégie manufacturière ci-dessous. Nouveau programme d’innovation : 200 millions de dollars par an.

Programme d’aide à la recherche industrielle : 100 millions de dollars par an.

 

Nouveau crédit d’impôt à l’innovation.
Éducation post-secondaire Frais de scolarités postsecondaires :

·  réduire les taux d’intérêt sur les prêts fédéraux

· accroître le nombre de bourses offertes au niveau fédéral (250 millions $ de plus).

Frais de scolarités : annuler les droits de scolarité au collège et à l’université.
Formation de la main-d’œuvre  Le crédit d’impôt pour la création d’emplois d’apprentis va augmenter de 2 000 $ à 2 500 $, et être prolongé aux troisième et quatrième années de la formation en apprentissage. Programmes de formation : hausse de 750 millions de dollars par an dans divers programmes de formation (en coopération avec les provinces).

Hausse de l’investissement dans la formation professionnelle.

Élargir l’accès aux formations professionnelles (créer au moins 90 000 opportunités de formation et de transition au travail). Dynamiser l’accès aux programmes d’apprentissage dans les métiers clés, dont : l’électricité, la plomberie, la charpenterie, la tuyauterie et le soudage.

Les charpentiers au secours de l’économie canadienne??

Emploi chez les jeunes Stratégie d’emploi pour les jeunes : 1,3 milliard de dollars sur trois ans dans la création d’emplois et de débouchés pour les jeunes. Toutes une série de mesures financières qu’il serait impossible de résumer ici. Bonification de programmes existants pour les jeunes et pour la formation.

 

Créer de nouveaux débouchés pour 40 000 jeunes

· emploi, stage rémunéré ou poste en alternance travail-études. En partenariat avec l’industrie, les PME, les ONG et l’administration publique

· créer des postes d’apprentis dans les projets fédéraux d’infrastructures

Crédit d’impôt pour jeune diplômé en région.
Emploi Objectif : créer 1,3 millions de nouveaux emplois d’ici 2020. Annuler les changements apportés à l’assurance-emploi par le gouvernement Harper et développer un système d’assurance-emploi plus versatile et accessible.

Congé parental et assurance-emploi : assouplir les critères pour rendre le congé plus flexible.

Soins de compassion  et assurance-emploi : accès élargi aux prestations de compassion (pour les gens dont les proches souffrent de maladies graves).

 

 

 

 

 

 

Congé parental: aider les parents en leur offrant des congés parentaux plus longs.

Soins de compassion : pour les gens dont les proches souffrent de maladies graves.

Augmenter le salaire minimum fédéral.

Élaborer un Plan national de création d’emplois durables, visant à « lancer une armée de charpentiers, d’électriciens et d’entrepreneurs pour améliorer l’efficience énergétique des immeubles ».

Et bien, on aime les plombiers et les électriciens au PV!

Accès à la propriété Objectif : vise à ajouter plus de 700 000 nouveaux propriétaires d’ici 2020.

Plan d’allégement fiscal.

Augmenter le Régime d’accession à la propriété de 25 000 $ à 35 000 $.

Nouveau Crédit d’impôt pour la rénovation domiciliaire.
Création du Crédit d’impôt pour l’achat d’une première habitation – un crédit d’impôt de 5 000 $.

Maintien de l’augmentation de la limite du CELI. (voir ci-dessous).

L’idée du PC est de réduire les impôts d’une part et de favoriser l’épargne d’autre part, afin que les individus puissent avoir les moyens de s’acheter une maison.

 

Remboursement de la TPS pour la construction de logement locatif.

Flexibilité accrue des retraits autorisés sur un REER lors de l’accession à la propriété.

Étendre les crédits d’impôt à la rénovation domiciliaire pour augmenter l’efficience énergétique des résidences.
Impôts PME Impôts : baisse du taux d’imposition des PME de 11 % à 9 %.
Impôts : baisse du taux d’imposition des PME de 11 % à 9 %. Impôts : baisse du taux d’imposition des PME de 11 % à 9 %. Impôts : baisse du taux d’imposition des PME de 11 % à 9 %.
PME autres mesures Réduction des cotisations à l’assurance-emploi.

Prolongation du Crédit à l’embauche pour les petites entreprises (AE) en 2011 pour encourager les petites entreprises à embaucher des apprentis et travailleurs spécialisés

Réduire la « paperasserie » (sic) administrative.

Création d’un nouveau Fonds de fabrication de pointe pour appuyer les PME du secteur. Ramener le crédit d’impôt à la R&D pour les start-ups technologiques et les PME innovantes. Subvention à la commercialisation des technologies vertes de 1 milliard $ par année.

Réduire la paperasse imposée aux propriétaires de PME.

Crédit d’impôt sur les fonds de travailleurs

 

Les fonds FTQ et CSN permettent d’investir dans les PME, surtout en régions. Le gouvernement Harper avait aboli le crédit d’impôt qui rendait ces fonds attractifs pour les particuliers qui désiraient investir dans ces outils.

  Rétablir le crédit d’impôt sur le capital de risque des travailleurs. Rétablir le crédit d’impôt pour les fonds des travailleurs. Rétablir le crédit d’impôt pour les fonds des travailleurs.
Immigration (marché du travail) Rendre notre système d’immigration plus efficace et plus équitable afin de soutenir le développement économique, partout au pays

Par « efficace et équitable », le PC fait surtout référence au marché du travail.

Le PLC a des engagements concernant l’immigration et les réfugiés, mais ne touchant pas directement le marché du travail. Faciliter la reconnaissance des diplômes étrangers des immigrants.
Environnement et économie Favoriser les technologies vertes dans les achats gouvernementaux.

Technologies vertes : 200 millions de dollars par an pour créer des stratégies sectorielles favorisant l’innovation et les technologies propres dans le domaine de la foresterie, des pêches, de l’exploitation minière, de la production énergétique et de l’agriculture.

Investir 100 millions de dollars par an dans des entreprises de technologie verte.

Fonds vert municipal de la Fédération canadienne des municipalités pour appuyer les innovations régionales.

Investissements dans le secteur des énergies renouvelables et dans les projets de rénovation.

Investissement pour faire du Québec un fer de lance de la voiture électrique en Amérique du Nord. Établir un Fonds canadien des générations durable. Fonds d’investissement en formation des compétences, en éducation, en efficience énergétique, en développement des produits renouvelables et des technologies émergentes.

Créer un Fonds de commercialisation des technologies vertes.

Ressources naturelles Ressources naturelles : Offrir un allégement fiscal pour l’exploration minière. Combustibles fossiles : suppression graduelle des subventions accordées à la production de combustibles fossiles. Combustibles fossiles : fin de la subvention des combustibles fossiles. Combustibles fossiles : abolir les subventions aux sables bitumineux. Stopper l’expansion des sables bitumineux.

Mettre fin à l’exportation de charbon thermique.

Mettre fin aux subventions à la production de carburants fossiles.

Stratégie manufacturière Voir PME ci-dessus.

Stratégie pour la fabrication basée essentiellement sur des allégements fiscaux.

Fonds de démonstration des technologies de fabrication. Jusqu’à 100 millions de dollars seront alloués sur cinq ans, mais pas avant 2017-2018 !

Créer un Bureau de promotion du commerce et des investissements (guichet unique visant à attirer les mandats de production et les investissements au Canada)

Créer un nouveau Centre de fabrication (soutien de 30 millions $).

 

Voir économie et environnement et PME ci-dessus. Voir aussi économie et environnement et PME ci-dessus

 Aérospatiale : plan national pour l’aérospatiale.

Secteur automobile : stratégie d’emploi pour le secteur automobile canadien (incitatifs pour fabricants de pièces et de véhicules + guichet unique pour attirer investissements + favoriser innovation).

Voir aussi économie et environnement et PME ci-dessus

 Aérospatiale : crédits d’impôt bonifiés pour l’industrie aérospatiale.

Secteur forestier : soutenir l’industrie forestière (soutien aux entreprises et production d’énergie, innovation, 2ième et 3ième transformation).

 

 

 

Voir aussi économie et environnement et PME ci-dessus
Autres secteurs Maritime : Stratégie « Prospérité maritime Québec » en appui à la stratégie maritime du Québec. Investissements dans les infrastructures maritimes. Culture : investir dans les industries de la culture, notamment :

·  Rétablissement des financements de CBC/Radio-Canada

·  Doubler financement du Conseil des arts du Canada

·  Investissement dans infrastructures culturelles

·  Promotion des arts et de la culture à l’international

 

Culture : rétablir le financement de CBC-Radio-Canada.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Secteur forestier : investissements stratégiques dans le secteur forestier du Canada pour créer de l’emploi et appuyer l’innovation axée sur la durabilité de l’industrie.

Tourisme : hausser le financement dans le domaine du tourisme. Stimuler l’industrie touristique : 30 millions $ sur trois ans pour appuyer la campagne Accueillir l’Amérique de Destination Canada.

Culture : augmentation des budgets de Téléfilm Canada, du Conseil des arts du Canada et de la Société Radio-Canada, abolition de la TPS sur les livres, création d’un Fonds du long métrage documentaire et création d’un programme de promotion des arts à l’international.


Bois : favoriser l’utilisation de bois dans les édifices fédéraux

Gestion de l’offre : protéger la gestion de l’offre au sein du traité de libre-échange avec l’Europe

Fromage : programme d’aide de 300M$ pour venir en aide aux producteurs de fromage face au traité de libre-échange avec l’Europe

Agriculture : Augmentation des sommes prévues au cadre stratégique agricole pour les programmes Agri-relance et Agri-stabilité.

 

Culture : réinvestir dans CBC – Radio-Canada, les arts et la culture du Canada, la télévision et le cinéma.

 

 

 

 

 

 

Favoriser l’alimentation locale et les petits producteurs.

Médicaments Assurance médicaments universelle. Rendre les médicaments sur ordonnance plus abordables :

·  Ajouter couverture universelle de médicaments au régime d’assurance maladie

· Contrôler leur coût grâce aux achats en masse.

Baisser le prix des médicaments d’origine (nouvelle méthode de fixation des prix). Assurance médicaments : création d’un régime national d’assurance-médicaments, pour faire diminuer les prix des médicaments grâce à l’avantage de l’achat en gros.
Autres mesures  

 

Diverses mesures pour réduire les frais bancaires.  Par exemple: limiter à 0,50$ les frais par transaction au guichet automatique et un plafond raisonnable des taux d’intérêts pour les cartes de crédit. Lutter contre les frais bancaires excessifs.

 

 

 

 

 

François Legault, Maire de Montréal?

Réflexions sur le livre de François Legault « Cap sur un Québec gagnant  – Le Projet Saint-Laurent».

Le développement économique est un enjeu politique majeur pour le Québec. Malheureusement, depuis 10 ans, on peine à trouver des stratégies de développement claires et cohérentes dans le programme des partis politiques québécois ou canadiens (voir par exemple mon analyse des programmes économiques des partis provinciaux aux dernières élections).Cap sur un Québec gagnant

Avec la publication de son ouvrage « Cap sur un Québec gagnant », François Legault, le chef de la Coalition Avenir Québec (CAQ), fait maintenant exception. A travers son Projet Saint-Laurent, il offre une vision très personnelle et enthousiasmante de l’avenir économique du Québec.

Son projet se déploie autour de cette richesse collective que représente le fleuve Saint-Laurent : création d’un cluster de l’innovation dans la vallée du Saint-Laurent, valorisation du fleuve et de ses magnifiques paysages comme facteur d’attraction des investissements, de qualité de vie et de stimulation des activités récréotouristiques, renforcement du transport fluvial afin de placer le Québec au cœur d’un réseau multimodal de transport en Amérique du Nord, etc.

L’ancien dirigeant d’Air Transat en profite pour discuter d’éducation, d’universités, de centres de recherche, de productivité des entreprises, d’exportations, etc. Excellent!

Et c’est peut-être le seul leader politique issu d’un parti majeur au Québec à lier aussi clairement, avec éloquence et sans hypocrisie électoraliste, le développement économique aux arts et la culture ainsi qu’à la protection de l’environnement. Car on entend trop souvent cette petite musique de droite qui présente l’écologie comme un ennemi de l’économie ou le monde des arts comme un club d’artistes gâtés vivant au crochet de la société, au mépris des théories économiques les plus récentes.

Ceci dit, je reformule les mêmes critiques à propos du Projet Saint-Laurent que lors de son dévoilement il y a un an (un blogue intitulé « Le Plan Sud de la CAQ : beaucoup de silicone, peu de valley… »). François Legault veut créer un cluster de l’innovation dans la Vallée du Saint-Laurent, un territoire long de 500 km. Il ne semble pas comprendre la notion de proximité et de distance. Son livre abonde d’exemples à suivre dans le monde : la Silicon Valley, Boston, Helsinki, Tel-Aviv, Barcelone, Cambridge, Bilbao, Anvers, etc. Quelle est la caractéristique commune à tous ces endroits? Ce sont des VILLES, pas des PROVINCES!

Le succès d’un cluster repose sur la proximité géographique des participants : entreprises, financiers, universités, autorités publiques, etc. Il est plus facile de coopérer en face à face qu’à distance; les bonnes idées se diffusent beaucoup plus facilement au sein d’une ville où les gens se côtoient et se rencontrent régulièrement. Un cluster entre Montréal, Québec et Sherbrooke en passant par Trois-Rivières ne fait tout simplement pas de sens.

Mais François Legault va encore plus loin dans sa confusion entre une ville et une province. Chef d’un parti provincial, il expose dans son livre un programme politique qui l’aurait probablement fait élire Maire de Montréal aux élections municipales de novembre dernier!

Revitalisation des rives du Saint-Laurent, dépollution des eaux afin de permettre la baignade à Montréal, construction ou rénovation des usines montréalaises de traitement d’eau, développement urbanistique du Havre de Montréal (cette zone située entre les ponts Jacques-Cartier et Champlain) , revitalisation des vieux quartiers industriels, décontamination des terrains de l’Est de la ville, et j’en passe.

Quel beau programme pour une ville!

Et je dirais même plus, si le PQ et le PLQ sont accusés de venir allègrement piger dans les idées de la CAQ, l’ouvrage de François Legault semble s’inspirer franchement d’un programme d’un certain parti municipal à Montréal.

Voici sa proposition pour réparer ce gâchis qu’est la rue Notre-Dame à Montréal : «Il faut transformer la rue Notre-Dame en un boulevard urbain à début moyen, rationaliser les activités de camionnage et transformer la rue Notre-Dame en un axe de transport public de pointe en envisageant sérieusement la mise en place d’une ligne de tramway à voie réservée (p. 208). » A la page 209, il poursuit : « Seul un boulevard permettrait la construction de maisons, de commerces et d’immeubles de bureaux. Mais surtout, c’est la seule option permettant d’imaginer qu’un jour le fleuve redeviendra accessible au plus grand nombre ».

Tramway, boulevard urbain, accès au fleuve, construction d’immeubles de bureaux? Ceci ressemble étrangement au projet d’Entrée maritime de Montréal, proposé par Projet Montréal!

Tout ceci pour dire que le développement économique va nécessairement de pair avec le développement régional. Chaque région du Québec fait face à des problématiques économiques très différentes. Ceci appelle donc des stratégies économiques distinctes d’une région à l’autre.

Québec continue d’imposer des politiques de style « top-down » en imposant aux régions un modèle de développement. Or, les théories modernes de développement suggèrent plutôt des politiques de type « bottom-up » par lesquelles l’ensemble des acteurs socio-économiques se mobilisent pour développer une stratégie régionale commune et cohérente qui sera ensuite présentée au gouvernement provincial.

En discutant essentiellement d’enjeux régionaux, François Legault semble reconnaître cela. Mais il ne propose rien en matière de décentralisation régionale ou de responsabilisation des acteurs régionaux à propos de leur propre développement économique.

A quand au Québec une véritable politique régionale de développement?

A travers son bouquin, François Legault montre qu’il a l’intuition de ce qu’est une stratégie cohérente de développement économique. Mais au-delà de cette grande vision mobilisatrice, on attend avec impatience le programme économique détaillé de la CAQ.

Pour une agence régionale de développement économique

Article d’opinion paru dans Le Nouvelliste.

http://www.lapresse.ca/le-nouvelliste/opinions/201310/30/01-4705200-pour-une-agence-regionale-de-developpement-economique.php

La Mauricie souffre économiquement. Alors que les fermetures d’usines se multiplient, la région arrive au tout dernier rang parmi les régions québécoises en matière de performance économique, selon nos calculs. Cette situation tristement exceptionnelle appelle une solution innovante et ambitieuse.

À l’INRPME, suite à nos analyses, nous avons identifié une série de facteurs clés pouvant assurer le succès de la diversification économique de la région. Le premier facteur, c’est la nécessité du partenariat. D’abord, entre les entreprises afin de renforcer leur compétitivité. Or, en Mauricie, elles collaborent trop peu sur des projets structurants communs. Ensuite, les filières industrielles de la région se déploient sur l’ensemble du territoire, incluant Bécancour. Ainsi, leur essor exige une action coordonnée entre les multiples organismes de développement économique de la région.

Le deuxième facteur de réussite, c’est l’importance d’une stratégie intégrée traitant de l’ensemble des problématiques économiques: entrepreneuriat, créneaux porteurs, pénurie de main-d’oeuvre, financement, décrochage scolaire, innovation, exportation, infrastructures, économie sociale, etc. Troisièmement, elle doit s’inscrire dans une vision à long terme, à la fois réaliste et ambitieuse. Ceci implique de définir des indicateurs de performance pertinents, évalués régulièrement, permettant de réajuster la stratégie en conséquence. De bonnes nouvelles ramèneront la confiance, créant un effet d’entraînement fructueux.

Enfin, il est très important que la stratégie économique mobilise toutes les forces vives de la région autour d’objectifs communs largement publicisés. Tous ces facteurs clés justifient la création d’une agence régionale de développement économique, pour l’ensemble de la Mauricie et Bécancour, afin de:

  • définir et mettre en oeuvre une stratégie cohérente et multidimensionnelle à long terme;
  • assurer la coordination et la mobilisation;
  • réaliser une évaluation régulière des performances et redéfinir la stratégie en conséquence.

Le rôle de l’agence s’apparenterait à celui d’un chef d’orchestre assurant la crédibilité à long terme du processus de diversification. Surtout pas de technostructure ici; légère et peu coûteuse, elle viendrait s’appuyer sur les compétences locales déjà existantes (CLD, mairies, différents ministères, Investissement-Québec, Emploi-Québec, centres de recherche, etc.).

Idéalement, son fonctionnement serait financé conjointement par des fonds publics et privés. En effet, le leadership et l’implication des gens d’affaires de la région constituent un autre facteur clé. De plus, l’agence pourrait coordonner des montages financiers provenant de diverses sources afin de générer un réel effet de levier sur l’économie régionale.

Le fonds de diversification octroyé par le gouvernement du Québec suite à la fermeture de Gentilly-2 représente une incroyable opportunité d’amorcer enfin ce grand virage économique. Mais sans une véritable prise en main locale, cela ne sera pas suffisant.

Il est grand temps pour la région de tracer collectivement sa propre destinée économique.

Frédéric Laurin, Ph.D. en économie et professeur à l’UQTR et à l’Institut de recherche sur les PME.

 

http://www.lapresse.ca/le-nouvelliste/opinions/201310/30/01-4705200-pour-une-agence-regionale-de-developpement-economique.php?utm_categorieinterne=trafficdrivers&utm_contenuinterne=cyberpresse_B2_opinions_465_section_POS3

Politique économique du Québec – Mon analyse twitter

Voici mon analyse twitter de la nouvelle Politique économique du Québec présenté par le gouvernement de Pauline Marois en octobre passé.

  1. Pol. industrielle du Qc Miser sur ls créneaux d’excellence ACCORD. Quelle évaluation depuis sa création? Et quelle mise à jour des créneaux?

  2. Pol. industrielle du Qc. Synergies régionales entre CLD, IQ et bureaux régionaux du MFEQ: très très bonne idée,

  3. Pol. industrielle du Qc. Et les PME de services à valeur ajoutée, on en fait quoi???

  4. Pol. industrielle du Qc Crédit d’impôt pour les PME manufacturières pour l’utilisation de TIC. L’innovation, c’est plus large que cela!

  5. Pol. industrielle du Qc. Aider 300 PME à grossir. Mais diagnostic fait par des fonctionnaires. Et pourquoi pas des spécialistes en PME???

  6. Pol. industrielle du Québec. Difficile sans une politique régionale sérieuse. S’adapter aux problèmes et tissu industriel de chaque région.

  7. Pol. industrielle du Québec. Misez sur les PME et les gazelles. Excellente idée!!!

  8. Pol. industrielle du Québec. Qui décide des créneaux d’excellence? Sur quelle base?

  9. Pol. industrielle du Québec. Je suis d’accord!!! MAIS le diable est dans les détails. Donnons plus de responsabilités aux régions