Batteries image

Critique économique du mode de développement de la filière batterie au Québec

Un peu plus de 9 milliards de dollars seront investis par les deux niveaux de gouvernements pour garantir la localisation de trois usines de fabrication de batteries pour véhicules électriques à Bécancour (Ford-EcoPro et GM-POSCO) et à McMasterville (Northvolt).

Bien que ce projet semble attractif a priori, une évaluation de ce projet sous l’angle des bonnes pratiques en matière de développement économique régional permet de comprendre pourquoi ce choix industriel n’est assurément pas le bon pour le Québec.

Dans cette note de politique publique (policy brief) que j’ai rédigée, je démontre comment le mode de développement de la filière batterie au Québec ne rencontre pas la plupart des facteurs clés de succès, tels qu’identifiés par les théories de développement régional.

Cliquez ici pour obtenir ma note de politique publique:

L’importance du réseau pour les petites entreprises, Journal Les Affaires

L’importance du réseau pour les petites entreprises

« L’exemple de GROUPÉ Mauricie + Rive-Sud illustre plus largement l’importance du maillage pour les petites entreprises ». Un article sur Groupé Mauricie + Rive-Sud dans Les Affaires!

Kévin Deniau, Les Affaires, 19 Octobre 2019

L’importance du réseau pour les petites entreprises

ENTREPRENEURIAT: L’APPORT DES TPE. Plutôt que de laisser filer de trop grosses occasions, des TPE travaillent en équipe.

C’est l’histoire d’une région qui a appris à travailler de manière collective. En Mauricie, beaucoup d’entreprises sont nées pour répondre aux besoins des grands donneurs d’ordre locaux, comme les papetières ou les alumineries. Toutefois, l’«ancienne mentalité, c’était de ne pas se parler, car on était tous des adversaires», témoigne Joaquim Blanchette, directeur général de l’entreprise familiale Hydrexel, spécialisée dans la fabrication d’équipements industriels sur mesure.

Un modèle qui semblait être à bout de souffle. «Une quinzaine d’indicateurs socioéconomiques classaient la Mauricie dans les derniers rangs du Québec», raconte Frédéric Laurin, professeur d’économie à l’Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR) et chercheur à l’Institut de recherche sur les PME (INRPME)

«Ça prend une stratégie régionale», Le Nouvelliste

«Ça prend une stratégie régionale»

Marc Rochette, Le Nouvelliste, 5 avril 2019

«Ça prend une stratégie régionale»

Trois-Rivières — «Les jeunes milléniaux vont vouloir s’intégrer d’abord à une entreprise et cette entreprise doit être attractive. Il faudrait donc du marketing territorial en mettant de l’avant les entreprises qui sont dynamiques, qui exportent, qui innovent, qui ont des belles ressources humaines. Ça prend une stratégie régionale».

Pour lire la suite: www.lenouvelliste.ca/affaires/ca-prend-une-strategie-regionale-9dac4fab1f70677f25af85153760b311?utm_campaign=lenouvelliste

Les facteurs d'attraction de la Mauricie

Pénuries de main-d’œuvre et marketing territorial: les facteurs d’attraction de la Mauricie

Présentation des résultats d’une enquête exclusive sur les facteurs d’attraction de la main-d’œuvre en Mauricie, auprès de 748 étudiants universitaires inscrits dans des universités de Montréal et de Québec. Cette étude montre que les principaux déterminants de l’attraction d’une région sont les facteurs liés aux entreprises, et en particulier leurs pratiques de gestion des ressources humaines. De plus, l’alignement stratégique de la Mauricie en matière d’attraction de la main-d’œuvre est relativement faible, en conséquence de son manque de notoriété, et de fausses perceptions des jeunes de Montréal et de Québec envers la région.

Pour lire le rapport complet: Les facteurs d’attraction de la main-d’œuvre en Mauricie

Pour visionner la présentation Powerpoint: Facteurs attraction en Mauricie (8 avril 2019)

Facteurs attraction en Mauricie (8 avril 2019)

Le développement économique régional au Québec : une réflexion sur le «orgware»

Le orgware: une piste de réflexion sur l’organisation du développement économique au Québec.

https://forumqc.quebec/textes/le-developpement-economique-regional-au-quebec-une-reflexion-sur-le-orgware

Et la présentation PowerPoint: une réflexion sur le « orgware »

La pénurie de main-d’oeuvre demeurera un défi en 2018 | Facteur matinal, Radio Canada

La pénurie de main-d’oeuvre demeurera un défi en 2018 | Facteur matinal, Radio Canada

Le 3 janvier 2018

L’année 2017 a notamment été marquée par des pénuries de main-d’oeuvre pour les entreprises de la Mauricie et du Centre-du-Québec. Ce problème de recrutement risque de perdurer, selon le professeur en économie de l’Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR), Frédéric Laurin.

Source: ici.radio-canada.ca/premiere/emissions/facteur-matinal/segments/entrevue/53251/restaurant-retraites-marche-travail-ressources-humaines-libre-echange

L’architecture au service de la diversification économique

Malmö en Suède. L’histoire d’une revitalisation urbaine réussie en utilisant l’architecture innovante comme fer de lance.

Mon photoreportage sur Malmö en Suède

Une friche industrielle qui avait été abandonnée sur le bord de la mer a été transformée en nouveau quartier à l'architecture innovante. On y retrouve logements, écoles, bâtiments commerciaux, des parcs et même un magnifique campus universitaire. Si une ville de 300 000 habitants peut le faire, au Québec, on peut aussi!

Düsseldorf: architecture innovante

Düsseldorf Medienhafen

Que fait-on avec de vieilles friches industrielles? On fait du beau! Petit photoreportage pour inspirer nos politiciens locaux. #architectureinnovante #district55 #trois-rivières #siloNo5 #MTL

Des arénas en bois

Des arénas tout en bois

Des arénas tout en bois, c'est beau, c'est écologique et c'est spectaculaire. Construire du beau, tout en bois, c'est possible! Structures en bois pour symboliser l'histoire forestière de Trois-Rivières. Quelques images prises sur Internet. #Colisée #district55 #trois-rivières

L’architecture pour revitaliser de vieilles friches industrielles

Des exemples de revitalisation industrielle dans des régions en diversification économique

L'architecture au service d'une nouvelle identité régionale. Quelques images prises d'Internet.

La culture et les arts: Vecteurs de développement et de diversification économique

La culture et les arts: vecteurs de développement et de diversification économique

La culture et les arts: vecteurs de développement économique régional

La culture et les arts: Vecteurs de développement et de diversification économique

Ma présentation au colloque Les Arts et la Ville sur l’impact des arts et de la culture sur le développement socio-économique des régions.

Présentation Powerpoint, cliquez ici: Culture et développement économique (Juin 2017).

Et mon article dans Le Nouvelliste, 30 décembre 2017

Les arts, la culture et la beauté: étonnants moteurs du développement économique pour la Mauricie

La Mauricie + Rive Sud au cœur de la grappe transport électrique et intelligent

Source: http://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1023270/grappe-industrielle-vehicules-electriques-intelligents-dominique-anglade-alexandre-taillefer

Le gouvernement du Québec vient d’annoncer la mise sur pied d’une grappe industrielle pour le développement du transport électrique et intelligent. Un comité présidé par Alexandre Taillefer, président du conseil d’administration de Téo Taxi, présentera un plan d’affaires à cet effet.

Source: affaires.lapresse.ca/economie/transports/201703/20/01-5080418-quebec-creera-une-grappe-pour-le-transport-electrique.php?utm_categorieinterne=trafficdrivers

Il se trouve que la Mauricie + Rive Sud est au cœur de cette grappe, avec l’existence d’un créneau porteur en technologies vertes très dynamique, composé de:

♦ Deux producteurs de bornes pour véhicules électriques:
AddÉnergie
Elmec

♦ Des fabricants de véhicules intelligents:
Kongsberg Automotive
Movex

♦ Des centres de recherche liés à ce secteur:
– l’Institut de recherche sur l’hydrogène de l’UQTR
– la Chaire de Recherche du Canada sur les Sources d’Energie pour les Véhicules du Futur de l’UQTR
– l’Institut de recherche d’Hydro-Québec (IREQ) à Shawinigan
– le Centre National en électrochimie et en Technologies environnementales (CNETE)
– le Centre d’excellence en efficacité énergétique (C3E)
– la Chaire de recherche industrielle en bioéconomie et bioénergie régionale de l’UQTR
– le CCTT Innofibre (CÉGEP de Trois-Rivières) et son parc d’équipements pilotes pour la conversion thermique de la biomasse

♦ De nombreuses entreprises du secteur des bio-énergies, dont:
BioÉnergie La Tuque
BRQ Fibre et Broyure
Dyn Ergen Bio Diesel
Airex Énergie
Combustion Expert – systèmes de combustion à biomasse:

♦ Et plusieurs autres entreprises dans le domaine des technologies vertes.

Une table de concertation des entreprises en technologies/énergies vertes est déjà en action pour accélérer le développement du secteur, un projet de GROUPÉ – Le Partenariat économique Mauricie-Rive Sud, qui est un large regroupement d’entreprises de la région visant à stimuler son développement économique.

La Mauricie a toujours été historiquement une région liée à l’énergie, tel que le témoigne la Cité de l’énergie de Shawinigan. C’est d’ailleurs à Shawinigan qu’on a produit pour la première fois en Amérique du Nord de l’hydro-électricité.

La région est maintenant en processus de diversification industrielle, basé sur le développement de nouveaux secteurs porteurs et de l’entrepreneuriat. L’émergence d’un créneau en technologie verte dans la région puise ses racines dans son passé industriel.

Il ne serait donc pas déraisonnable d’imaginer la Mauricie comme choix de localisation du siège de l’organisme et/ou du centre de recherche administrant cette grappe.  Ceci permettrait de reconnaître les expertises de la région, dans le cadre d’un projet mobilisateur et important pour l’ensemble du Québec et pour le futur de la planète.